L’histoire du Dézaley s’est aussi écrite à l’ombre de Charlemagne. Elle est étroitement liée à celle de la ville de Zurich, de la première mention en 1274 à aujourd'hui. Le texte suivant retrace ce voyage à travers le temps.

Das Deutsche Haus ou La Maison allemande: une vieille carte postale du Dézaley

Maison double Römergasse n° 7 + 9 Das Deutsche Haus (La Maison allemande) ou «Tütsch Hus» est une maison remarquable à plusieurs points de vue. Son nom, son âge respectable, le destin de ses propriétaires et de ses habitants ainsi que certaines caractéristiques architecturales sont autant d’aspects étonnants.

Ses origines remontent au Haut Moyen Age voire à l’Antiquité. Elle est évoquée pour la première fois en 1274 et à plusieurs reprises au cours des siècles qui suivront, le plus souvent dans le cadre d’une vente ou d’un changement de propriétaire. Le nom «Tütsch Hus» date du Moyen Age. A cette époque elle appartenait à l'Ordre teutonique de Hitzkirch, dans le canton de Lucerne.

1274

D’après un document officiel datant de 1274, le commandeur de l’Ordre teutonique de Hitzkirch vendit la «Deutsche Haus» à Probst et Kapitel du Grossmünster de Zurich pour 20 marks argent zurichois.

1350

La maison a appartenu au citoyen zurichois Niklaus Bilgri jusqu’en 1350, date à laquelle il fut arrêté et exécuté pour conspiration et participation à la Nuit sanglante de Zurich. Les biens de tous les conspirateurs furent confisqués par les autorités et la «Deutsche Haus» fut saisie et appartint quelques années à la ville de Zurich. De 1350 à 1356, elle servit de siège à une commission officielle qui s’occupait de l’administration et de la vente des biens confisqués aux conspirateurs. Inoccupée en 1357, elle fut vendue par le maire, le conseil et les citoyens au chevalier Heinrich von Ifenthal de Soleure en 1358 (l’idée d’habiter la maison d’une personne ayant été exécutée était-elle insupportable aux Zurichois pour qu’aucun acheteur local ne se soit présenté?). Deux filles de Heinrich von Ifenthal ont habité la maison jusqu’en 1399 et l’une d’entre elles jusqu’en 1410.

1500

Au cours de la seconde moitié du 15e siècle et au début du 16e siècle, la maison a appartenu au Zurichois Hans Johannes Schwend der Lange et à sa descendance. Hans Schwend der Lange y a vécu avec sa femme et sa fille de 1450 à 1469. En 1511, les propriétaires mentionnés sont Ulrich, Felix et Heinrich Schwend et leur sœur Regula Murer-Schwend et en 1517, Junker Felix Schwend, propriétaire et occupant. La maison est également citée dans des actes datant de 1525 et de 1526.

1530

Cette année-là, dans le cadre d’un changement de propriétaire, une modification architecturale importante est effectuée. Le propriétaire actuel des deux parties de la maison, c’est-à-dire de la partie supérieure et inférieure (aujourd’hui 7 et 9) de la maison, décide de vendre la partie inférieure. Jusque-là, les deux parties étaient reliées par des portes dans les murs mitoyens et formaient une seule et même maison. L'acheteur dut murer les portes à ses propres frais. Cette date marque la création de deux maisons totalement indépendantes l’une de l’autre. Au 16e siècle, les propriétaires et habitants de la maison appartiennent à d’anciennes familles bourgeoises de Zurich, aux Zimmermann, Ochsner, Hottinger et bien d’autres.

1700

Au 17e siècle, vers 1637 et pendant quelques années (?), la maison du bas abrite le Zurichois Salomon Hottinger-Habholz (plus tard – Schaufelberger); en 1671, on cite Heinrich Wirth-Orelli, et en 1682, Anna Huber-Saluz, veuve du fabricant d’aiguilles Hans Jakob Huber.

1800

De 1756 à 1762, les propriétaires et habitants de la maison sont la veuve du docteur Christoph Gessner, et dans la partie supérieure, le docteur Schinz. En 1780, la maison est à nouveau vide. En 1790, elle est habitée par messieurs Schleuchzer, père et fils. Les documents officiels relatifs aux habitants/propriétaires qui ont suivi sont relativement imprécis. Les personnes mentionnées dans les documents étaient toutes artisans, commerçants, médecins ou ecclésiastiques et appartenaient à d’anciennes familles de la bourgeoisie zurichoise.

1900

Selon le registre des assurances ou le cadastre, les personnes suivantes auraient été les propriétaires successifs de la maison de 1830 à la fin du 19e siècle:

1832 – Caspar Locher, armurier
1863 – Héritiers de Caspar Locher
1866 – Jakob Diener, maître bâtisseur
1877 – J. Carl Morf, ramoneur
1879 – Johann Wunderli
1880 – Actif de faillite de Johann Wunderli 
1882 – J. Peter, notaire et consorts 
1891 – Heinrich Rusterholz
1892 – Jacques Geiger
1893 – Jakob Huber
1896 – Engelbert Helbock
1897 – Adolf Jordan, aubergiste
1897 – Johannes Scherrer
1898 – Adolf Jordan, aubergiste
1899 – Konrad Götsch

Jusqu’en 1897, la maison à la Römergasse n° 7 est considérée comme une simple habitation. A partir de 1898, c’est une maison avec une cave voûtée, un monte-fûts, un monte-plats.

20e siècle

Le registre des assurances mentionne les propriétaires suivants pour la Römergasse 7:

1903-04 Albert Heinrich Landis (mention: 1 maison d’habitation, 1 cave voûtée, 1 monte-fûts, 1 monte-plats).
1916-18 le conseil communal de la ville de Zurich (mention: maison d’habitation et auberge, 1 cave voûtée, 1 monte-fûts, 1 monte-plats).

La maison située Römergasse 7 abrite un restaurant, dont le patron est Carl Sting, charpentier de métier, au plus tard à partir de 1883. Les documents de l’époque semblent indiquer qu’il n’a pas tenu longtemps l’établissement.

Le registre de la police économique mentionne les informations suivantes:

1883 Madame Neuweiler, aubergiste «concernant la fermeture de l’établissement»
1884 Truninger, aubergiste «rapport sur les actes immoraux de la serveuse Elisa Duttli»
1884 Truninger Anton «rapport sur les actes des serveuses»
1884 Truninger, aubergiste, rapport d’observation (provocation)
1885 Madame Meier Verena; patronne «Madame Weiss s’adonne visiblement à des actes immoraux» Tome des condamnations 1891-92 
1891 Oppliger Emil, aubergiste, Römergasse 7, «Danse sans autorisation»

Du dossier V Eb 128/1 (archives d’Etat):

Anciens nom du restaurant Römergasse 7:

1896 (aubergiste: Bütler Alois) Jägerstübli
1897 (aubergiste: Scherrer Maria) Jägerstübli

Les aubergistes de 1898 à 1902:

Jordan Adolf
Jordan Maria
Castal Cassiano, Rathauskeller
Wirth Andreas
Götsch Konrad

Une date importante: le 1er octobre 1902, sous la direction de Benedikt Dummel nouveau patron:

Ouverture du café-restaurant Dézaley, Römergasse 7***

De 1924 à 1941, c’est le gendre de Dummel, E. Urech-Dummel, qui dirige le café-restaurant Dézaley. A partir de 1941, la veuve Maria Bühlmann dirige la maison jusqu’en 1943 puis Monsieur J. A. Combe qui en est le gérant. Depuis la reprise du local par Monsieur Combe, l’établissement s’appelle «Café-Restaurant Dézaley, Cave Vaudoise».

.

Complément

Dans l’une des deux maisons qui n’en constituaient qu’une jusqu’en 1530 et portaient le nom de «Tütsch Haus», il existait au deuxième étage, une vaste pièce richement décorée depuis le Moyen Age. Le plafond gothique agrémenté de poutres était mi-voûté et les murs étaient ornés de panneaux muraux. Des sculptures gothiques sur bois surmontaient les portes et les fenêtres. Tout autour de la pièce se trouvaient également une trentaine de panneaux de bois peints qui portaient les armoiries de différentes familles de la noblesse et de la bourgeoisie zurichoise, d’Etats étrangers (dont la France et l’Autriche), ainsi que de princes et de familles nobles de l’époque de l’Ancienne guerre de Zurich. Jusqu’au 19siècle se trouvait aussi dans l’une des deux maisons, un ancien panneau sur lequel étaient peints les noms et les armoiries de 11 membres de la famille Schwend et de leurs femmes du 13e au 15e siècle. Personne ne sait s’il existe encore des vestiges de ces témoins authentiques d’une époque définitivement révolue.

Sources

Häuser-Regesten von Corrodi-Sulzer (sur la base de titres originaux et d’actes conservés aux Archives de l’Etat)
Registre des assurances/cadastre, archives de l’Etat
Registre de la police économique, archives de l’Etat
Annuaire de la ville de Zurich
Salomon Vögelin: «Das alte Zürich» 2 tomes
Registre de la ville de Zurich (Stadtbücher von Zürich), publiés par Zeller-Werdmüller et Hans Nabholz – 3 tomesu Dézaley 

Horaires d’ouverture

lundi - samedi
Service: 11h30-14h30 Uhr - 18h00-24h00 Uhr
Cuisine: 11h30-14h00 Uhr - 18h00-23h00 Uhr

A propos de nous

Le Dézaley situé à Niederdorf , au pied de la Grande Minster.

continuer à lire

Contact

Restaurant Le Dézaley
Römergasse 7+9
8001 Zürich au pied de la Grande Minster
Tel.: 044 251 61 29